Le correspondant du Grand Nord

Figure majeure du mouvement des coopératives du Grand Nord, André Goussaert est l’un de ces pionniers dont les aventures auraient pu être oubliées sans la découverte de la correspondance qu’il entretenait avec une écrivaine québécoise, dans les années 50 et 60. Ce père missionnaire oblat y raconte la transformation rapide du mode de vie des Inuits, et son engagement croissant dans le développement des communautés qui s’organisent alors en villages. Dans le documentaire Le correspondant du Grand Nord, on y découvre le portrait d’un Grand Nord solidaire et entreprenant, malgré les défis qui menacent toujours son fragile équilibre social et économique.

Épisodes complets :
http://unis.ca/le-correspondant-du-grand-nord

« Nagamowin », chanter en ojibwé, c’est 13 épisodes de 30 minutes qui suivent 13 auteurs-compositeurs autochtones de partout au Canada. Ils sont en concert dans 13 communautés autochtones différentes en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, en Colombie-Britannique et au Nunavut.

Aboriginal Day Live est une série de variété et arts de la scène qui met en valeur les talents remarquables d’artistes autochtones du Canada venus de tous les coins de notre grand pays. Aboriginal Day Live est un rassemblement sacré, une vitrine artistique et une célébration musicale qui démontre les cultures riches et vibrantes des Premières nations, Métis et Inuits.

 

Magazine jeunesse destiné aux jeunes des Premières nations francophones, Chic Choc permet aux jeunes d’exprimer ce qu’ils pensent de la vie, de leur avenir, de ce qui les anime et de ce qu’ils veulent changer. Chaque émission s’articule autour d’une thématique telle l’amour, la santé, la solidarité, l’humour ou la tradition. Témoignages, défis sportifs et communautaires, vox pop et vidéoclips sont les prismes par lesquels les jeunes s’expriment et se révèlent. Leurs paroles trouvent d’ailleurs un écho complice auprès des animateurs Mélanie Napartuk, chanteuse et comédienne originaire du Nunavik et Christian Laveau, musicien et chanteur du spectacle Totem (Cirque du Soleil).

 

« Nikan », signifie « Aller de l’avant » dans plusieurs langues autochtones du Canada, est le nom d’une série documentaire qui s’intéresse aux jeunes de 20 à 35 ans issus des communautés autochtones et inuites du Québec. Chaque épisode dresse le portrait d’un(e)jeune choisi(e) pour son dynamisme, son implication, ses valeurs et son regard sur l’héritage légué par sa communauté. Ces jeunes qui osent, ont surmonté les difficultés pour s’impliquer dans un projet constructif ou ont réussi dans leur domaine. De Mistissini à Maliotenam en passant par Wemotaci et Salluit, « Nikan – Premières Nations : Portrait de la nouvelle génération » vous convie à la découverte d’une culture riche et méconnue.

 

 One with nature célèbre la relation réciproque entre les peuples autochtones et la terre, tout en explorant la façon dont elle est menacée.

La série documentaire Je suis Michif est le récit de la vie d’Aimée Craft, une Métisse manitobaine qui quittera sa communauté afin de mieux saisir ce que c’est, être Métisse : son histoire, son identité, ses droits, sa culture et son avenir. Les cinq épisodes s’interrogent sur la légitimité de cette communauté, évoquent ses hauts faits et parlent de sa contribution à la diversité culturelle canadienne. Aimée Craft, nous fait partager sa passion et son angoisse devant les enjeux qui sont ceux de la nation métisse.

Le monde qui parlait aux arbres nous transporte à Saint-Laurent, au Manitoba, plus précisément sur les bords de la Rivière Rouge, où vivent 50 000 Métis. Les Métis de la Rivière Rouge, nation de Louis Riel, sont issus des coureurs des bois et des Amérindiens. Ils ont développé une culture qui leur est propre et de riches traditions. À l’heure de la mondialisation et de l’uniformisation des cultures, combien de temps encore celle des Métis pourra-t-elle survivre ?


1713, date de la signature du fameux traité d’Utrecht qui a changé la face du monde. Cette mini-série documentaire animée par le rappeur métis/anishnabe SAMIAN présente l’histoire du point de vue de ceux qui n’étaient pas à la table pour signer un traité qui fut fort de conséquences pour toute l’Amérique. Ce regard sur les événements fait valoir la mentalité des cultures autochtones, acadiennes et européennes face à l’exploitation des terres et raconte le fondement de notre économie actuelle qui encore aujourd’hui exerce une exploitation sauvage des ressources naturelles.

Épisodes complets 

http://ici.radio-canada.ca/sujet/les-sceaux-d-utrecht

Sous le toit du monde évoque l’impact, sur les peuples autochtones, de la ruée vers les minerais du sous-sol du Nord du pays.