Plan d’action pour les langues officielles : une reconnaissance de la culture franco-canadienne

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)

Pour diffusion immédiate

Ottawa – le 29 mars 2018. L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) applaudit les mesures contenues dans le Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023 dévoilé hier par la ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Mélanie Joly, en présence du premier ministre, le très honorable Justin Trudeau.

« L’APFC salue l’augmentation de 57,35 millions répartis sur cinq ans de l’enveloppe budgétaire de Patrimoine canadien dans le but d’accroitre le financement de base des organismes. Ces fonds supplémentaires sont encourageants pour les organismes du secteur de la production médiatique, comme l’APFC, qui ne bénéficient actuellement pas d’un financement de base. On sent une ouverture du gouvernement à redresser la situation. », a déclaré Carol Ann Pilon, directrice générale de l’APFC.

L’inclusion du renouvellement de l’entente multipartite sur la culture dans le nouveau plan est un signe clair que ce gouvernement reconnaît le rôle essentiel que joue la culture pour assurer la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire. « Cette entente nous permet d’apporter des solutions concrètes par l’entremise de la concertation entre les agences fédérales et les organismes culturels », affirme Jean-Claude Bellefeuille, président de l’APFC.

Parallèlement aux investissements consacrés au nouveau plan, plusieurs de ces agences, dont Radio-Canada, le Fonds des médias du Canada, l’ONF et Téléfilm, ont reçu des augmentations significatives de leurs crédits parlementaires depuis 2016. Pour l’APFC, il est primordial que ces agences prennent des engagements clairs et concrets pour favoriser le développement et l’épanouissement de la production médiatique dans les communautés francophones et acadienne du Canada.

En terminant, l’AFPC réitère sa pleine collaboration à Patrimoine canadien pour trouver des pistes de solutions durables aux enjeux qui touchent les communautés francophones en situation minoritaire au Canada.

À propos de l’APFC

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et des médias numériques à l’échelle canadienne. L’APFC est le porte‐parole de vingt-quatre entreprises francophones de production indépendante établies d’est en ouest au Canada.

Pour renseignements :
Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)

Pour diffusion immédiate

 

Ottawa, le 28 février 2018 –  L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) applaudit les investissements du gouvernement fédéral pour maintenir le financement du Fonds des médias du Canada (FMC).

« Le budget fédéral 2018 est une bonne nouvelle pour les producteurs indépendants franco-canadiens. En septembre dernier, dans le cadre de la vision “Pour un Canada Créatif”, la ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Mélanie Joly, a annoncé vouloir compenser les pertes de revenu du FMC en raison de la baisse des contributions des entreprises de distribution de radiodiffusion. Dans son budget 2018, le gouvernement fédéral a respecté cet engagement avec des investissements de 172 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2018-2019, et de 42,5 millions de dollars par année par la suite, afin de maintenir le niveau de financement du FMC au niveau de 2016-2017 », a déclaré la directrice générale de l’APFC, Carol Ann Pilon.

L’APFC se réjouit également de l’engagement du gouvernement fédéral à appuyer les communautés de langues officielles en situation minoritaire et salue les investissements majeurs de 400 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer le Plan d’action pour les langues officielles. L’APFC s’attend à voir dans le détail de la répartition des sommes engagées du prochain Plan, des mesures de renforcement pour le secteur qui contribueront à la vitalité des communautés francophones et au renforcement de la dualité linguistique au Canada.

En terminant, l’AFPC entend poursuivre son travail amorcé dans les comités consultatifs prévus pour la révision de la Loi sur la radiodiffusion, de la Loi sur les télécommunications et de la Loi sur les langues officielles et réitère sa pleine collaboration au gouvernement fédéral pour trouver des solutions durables aux enjeux qui touchent les communautés francophones en situation minoritaire au Canada.

À propos de l’APFC
L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et des médias numériques à l’échelle canadienne. L’APFC est le porte‐parole de vingt-trois entreprises francophones de production indépendante établies d’est en ouest au Canada.

Pour renseignements :
Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116

Pour diffusion immédiate

Ottawa, 29 janvier 2018 – L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) reçoit le coup d’envoi de Patrimoine canadien pour son projet « Au cœur de la découvrabilité ». Cette initiative, première en son genre, met les communautés francophones et acadienne du Canada au cœur de la production et de la diffusion audiovisuelle franco-canadienne.

« Il est important que nos communautés se reconnaissent dans l’offre de contenus audiovisuels en français, tant à la télévision que sur les nouvelles plateformes, afin d’assurer leur développement à long terme et de bien transmettre leur culture. C’est pourquoi nous avons décidé d’explorer le phénomène de la découvrabilité, telle que vécue par les auditoires de la francophonie, un public trop souvent absent des études nationales », dit Carol Ann Pilon, directrice générale de l’APFC.

L’investissement de 98 000 $ de Patrimoine canadien permettra aux producteurs médiatiques de la francophonie canadienne de mieux comprendre comment les communautés francophones et acadiennes apprennent l’existence de leurs contenus et sur quelles bases ils font leurs choix. Ces données permettront aux membres de l’APFC de s’approprier les nouvelles technologies pour réussir à attirer le public cible vers leurs contenus, aller à la rencontre de leurs auditoires, là où ils se trouvent et développer des moyens pour les fidéliser. Cet investissement consolide le secteur de la production francophone en milieu minoritaire et favorise l’essor de la production audiovisuelle en français en cette ère d’abondance des contenus et d’habitudes de consommation en constante évolution.

L’APFC profite de cette occasion pour annoncer officiellement une collaboration avec Téléfilm Canada et l’English Language Arts Network (ELAN) pour la prochaine édition de leur étude annuelle sur les auditoires canadiens : « Les auditoires au Canada : Rapport sur les tendances ». Téléfilm Canada sondera pour la première fois les habitudes de consommation des communautés francophones et anglophones vivant en milieu minoritaire au Canada.

À propos de l’APFC
L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et du multimédia à l’échelle canadienne. L’APFC est le porteparole du secteur de l’audiovisuel et de la production en francophonie au Canada.

Pour renseignements :
Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116

Communiqué post-colloque

Pour diffusion immédiate

Winnipeg – le 17 janvier 2018. Les 15 et 16 janvier, l’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) et On Screen Manitoba (OSM) conviait plus d’une centaine de producteurs, réalisateurs, distributeurs, diffuseurs et acteurs du milieu culturel à Connexion francophone, un événement de deux jours à Winnipeg, dans le cadre de All Access 2018.

Le colloque, qui explorait les grands enjeux de la production médiatique francophone et les nouvelles tendances de l’industrie du film, de la télévision et du web, a connu un vif succès. Les participants ont pu profiter d’une riche programmation qui comprenait des études de cas, des panels, des tables rondes et des rencontres avec des télédiffuseurs, des distributeurs et des experts en marketing et coproduction, qui abordent les défis du développement, de la vente et de la distribution à l’ère numérique.

« Connexion francophone fut une occasion unique d’apprendre, de discuter et de réfléchir ensemble sur les façons de développer les auditoires de demain, de cibler de nouveaux marchés, de renforcer les liens avec les distributeurs et les diffuseurs, et de créer de futurs partenariats d’affaires » déclare Carol Ann Pilon, Directrice générale de l’APFC. Pour sa part, Jean-Claude Bellefeuille, président du conseil d’administration de l’APFC, indique « C’est la première fois, qu’autant d’acteurs du milieu de la production francophone en situation minoritaire sont réunis sous un même toit, pour échanger sur leurs enjeux dans un contexte national. Cela témoigne de la vitalité de notre secteur ».

Connexion francophone a connu un grand succès et les organisateurs souhaitent récréer ce partenariat et offrir une prochaine édition de Connexion francophone à l’avenir. Merci à tous d’avoir participé en si grand nombre.

À propos de l’APFC
L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et du multimédia à l’échelle canadienne. L’APFC est le porte‐parole du secteur de l’audiovisuel et de la production en francophonie au Canada.

Pour renseignements :
Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

11 janvier 2018 – Ottawa. L’Alliance des producteurs francophones du Canada (AFPC), fière partenaire nationale de On Screen Manitoba (OSM), se réjouit de l’annonce de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada d’un investissement de 750 000 $ sur trois ans pour le développement du secteur francophone de la production audiovisuelle et numérique.

Cette initiative, une collaboration étroite entre l’APFC et OSM, vise à accroitre la capacité de production et de développement économique du secteur francophone de la production médiatique, à favoriser l’innovation, la créativité et le partage de compétences et à augmenter la visibilité de notre industrie sur la scène internationale, dont bénéficieront les membres de l’APFC de l’Ouest.

« J’ai confiance que l’investissement annoncé permettra de renforcer le secteur de la production indépendante francophone en milieu minoritaire et aura des retombées positives partout au pays », indique Carol Ann Pilon, directrice générale de l’APFC.

L’APFC remercie le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada, l’honorable Navdeep Bains, pour son soutien et la confiance accordée à ce projet.

Voir les communiqués de DÉO et d’OSM pour de plus amples informations.

À propos de l’APFC

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et du multimédia à l’échelle canadienne. L’APFC est le porteparole du secteur de l’audiovisuel et de la production en francophonie au Canada.

Pour renseignements :

Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Ottawa, 7 décembre 2017.  L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) et le Front des réalisateurs indépendants du Canada (FRIC) présente aujourd’hui le répertoire web des professionnels de l’industrie du film, de la télévision et du multimédia.

Le répertoire est un outil indispensable pour les professionnels de l’industrie, autant pour ceux qui offrent leurs services que pour ceux qui cherchent des services en français. Il permet aux artistes et créateurs francophones de se faire connaître davantage et de trouver de nouvelles opportunités d’affaires.

Le répertoire entend élargir et diversifier l’offre de services en français pour les professionnels de l’industrie du film, de la télévision et du multimédia, destiné aux communautés francophones et acadienne (CFA). En plus d’assurer le développement à long terme de cette industrie dans les régions des CFA, ce répertoire comble le défi de trouver une main-d’œuvre francophone locale qualifiée.

L’APFC et le FRIC profitent de l’occasion pour inviter les professionnels francophones à s’inscrire au répertoire en remplissant le formulaire d’inscription.

À propos de l’APFC

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et du multimédia à l’échelle canadienne. L’APFC est le porteparole du secteur de l’audiovisuel et de la production en francophonie, au Canada.

À propos du FRIC

Fondé à Moncton en 2004, le FRIC est une association professionnelle réunissant les artistes réalisateurs et réalisatrices œuvrant dans la Francophonie canadienne. Il répond à trois besoins : représenter ses membres au plan politique et culturel; travailler au développement professionnel et au rayonnement de ses membres; favoriser les échanges entre ses membres et les autres acteurs de la production médiatique          

Pour renseignements:

Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Dévoilement des bandes-annonces de la cinémathèque et du nouveau slogan de l’APFC

Ottawa, le 25 octobre 2017. L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) présente aujourd’hui la première de quatre bandes-annonces thématiques pour sa nouvelle cinémathèque.

Chaque mercredi, pendant quatre semaines, du 25 octobre au 15 novembre prochain, le pulbic pourra découvrir une nouvelle bande-annonce sous les thèmes : Voir, Entendre, Découvrir, Ressentir.

Chacune de nos bandes-annonces se veut le reflet de la vitalité et de la qualité des productions issues des communautés francophone et acadienne du Canada. Elles servent d’invitation à tous à découvrir les 300 titres de films, d’émissions de télévision et de contenu numérique produits par les producteurs indépendants issus des communautés francophone et acadienne du Canada en visitant la cinémathèque de l’APFC au  http://apfc.info/cinematheque/.

L’APFC  profite du dévoilement des quatre nouvelles bandes-annonces pour se doter d’une nouvelle image de marque et se présentera dorénavant sous un nouveau slogan « Regardez-nous, on parle de vous! ».

Suivez-nous sur le Facebook et Twitter pour être à l’affut des dernières nouvelles concernant la production indépendante de la francophonie canadienne.

À propos de la cinémathèque de l’APFC

La Cinémathèque de l’Alliance des producteurs francophones du Canada offre gratuitement plus de 300 titres de films, d’émissions de télévision et de contenu numérique produits par ces membres.

À propos de l’APFC

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et du multimédia à l’échelle canadienne. L’APFC est le porte‐parole du secteur de l’audiovisuel et de la production en francophonie, au Canada.

Communiqué de presse

CONTINUITÉ – ÉQUITÉ – SOUTIEN
La Coalition pour la culture et les médias se réjouit de l’annonce de Québec de taxer
Netflix et fait le point sur sa rencontre avec la ministre Joly

Montréal, le 3 octobre 2017 – Les organisations regroupées dans la Coalition pour la culture et les médias se réjouissent de la détermination dont fait preuve le gouvernement du Québec, par l’entremise des ministres des Finances et de la Culture et des Communications, Carlos Leitao et Luc Fortin, qui affirment avoir l’intention d’appliquer la taxe de vente aux services offerts par Netflix. La coalition considère que cette volonté de Québec d’établir une équité dans la taxation de tous les joueurs va permettre non seulement de contrer la concurrence déloyale, mais de restaurer la confiance des contribuables, sociétés et particuliers.

Les membres de la coalition saluent également les déclarations des deux ministres en faveur d’une équité réglementaire et la motion adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale en appui à la culture et aux médias.

La Coalition souhaite maintenant qu’Ottawa emboîte le pas à Québec et qu’en toute cohérence, les deux gouvernements procèdent aux changements nécessaires de façon à ce que non seulement Netflix, mais toutes les plateformes (Spotify, Apple Music, etc.) – nationales ou internationales – soient soumises aux mêmes règles en matière de taxation. Il est maintenant du ressort du ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, de faire sa part pour mettre fin à la politique des deux poids deux mesures.

Un dialogue constructif avec la ministre du Patrimoine canadien
La coalition a rencontré ce matin pendant presque 2 heures la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. À cette occasion, la trentaine de représentants présents lui ont fait part de leurs inquiétudes et de leurs réactions tant face au plan pour un Canada créatif lancé la semaine dernière que face à l’entente qu’elle a conclue avec l’américaine Netflix.

La rencontre s’est déroulée sous le signe de la franchise et de l’ouverture et a permis aux participants d’expliquer les impacts de ces annonces sur leur milieu. Les membres de la coalition ont notamment fait valoir que les ententes de gré-à-gré du type de celle conclue avec Netflix n’étaient pas la solution aux difficultés actuelles de l’industrie de la culture et des communications. Pour la coalition, il faut plutôt déterminer un échéancier serré pour la mise en place des changements législatifs et réglementaires qui s’imposent afin de protéger notre identité et notre souveraineté culturelle. Il a été entendu de poursuivre le dialogue sur le plan de transition de la ministre au cours des prochains mois.

À propos de la Coalition pour la culture et les médias
Une quarantaine d’organisations représentant des centaines de milliers de personnes ont été les premiers signataires du manifeste. En une semaine, plus de 3 500 personnes et organisations qui se sont jointes au mouvement tant au Québec qu’au Canada. Le site Manifestepourlaculture.info héberge le manifeste et recueille les noms de tout individu ou organisation voulant ajouter sa voix à ce cri collectif.

Pour informations : Catherine Escojido 514 927-8807 cescojido@aqtis.qc.ca
http://www.manifestepourlaculture.info/
http://www.standingforculture.info/
https://www.facebook.com/manifestepourlaculture/

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

Un Canada créatif : Un premier bilan mitigé 

Ottawa, 2 octobre 2017 – La vision du gouvernement fédéral pour un Canada créatif annoncée par la ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Mélanie Joly suscite une réaction mitigée de l’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC).

« Il est à souhaiter que cette feuille de route pour les industries culturelles et créatives canadiennes se précise rapidement avec des mesures positives et des engagements concrets pour remédier au déclin du financement de la production canadienne. Le manque de détails dans le cadre stratégique présenté engendre plusieurs questions et nourrit l’incertitude » déclare la directrice générale de l’APFC, Carol Ann Pilon.

La décision du gouvernement d’accroître sa contribution au Fonds des médias du Canada (FMC) à partir de 2018-2019 et l’investissement de 125 millions de dollars en appui à une stratégie d’exportation sont un premier pas dans la bonne direction. Ces solutions ne peuvent cependant que servir de mesures intérimaires en attendant que le gouvernement canadien mette en place une politique culturelle canadienne audacieuse et équitable, qui permet au secteur de demeurer compétitif.

Si l’examen de la Loi sur la radiodiffusion et de la Loi sur les télécommunications laisse entrevoir l’ouverture du gouvernement à modifier son système réglementaire pour assurer que tous les intervenants du secteur offrant du contenu aux Canadiennes et Canadiens participent à la production d’œuvres originales de langue française, l’entente négociée avec Netflix indique le contraire.

« Il est encore bien difficile de mesurer les impacts de l’entente avec Netflix. Il semble qu’aucune garantie de production francophone n’a été négociée sur les investissements de 500 millions de dollars sur cinq ans. Même si le géant américain de la vidéo en continu promet d’investir 25 millions de dollars supplémentaires dans le déploiement d’une stratégie de développement du marché pour le contenu francophone, il n’y a aucune certitude que ces sommes financeront la production dans nos communautés », a déclaré M. Jean‐Claude Bellefeuille, président de l’APFC.

L’APFC entend jouer un rôle actif dans l’orientation stratégique de la politique culturelle canadienne en participant aux consultations du CRTC, notamment sur « les nouveaux modèles qui appuieront la création et la distribution d’émissions d’information et de divertissement canadiennes […] dans les deux langues officielles. »

L’APFC tient à saluer la reconnaissance de la ministre Joly de la contribution des francophones en situation minoritaire à la qualité du contenu produit au Canada. Elle attend avec impatience le dévoilement des mesures de renforcement du secteur du prochain plan d’action pour les langues officielles (2018-2023).

À propos de l’APFC

L’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) se consacre au développement de l’industrie francophone du film, de la télévision et du multimédia à l’échelle canadienne. L’APFC est le porte‐parole de vingt-trois entreprises francophones de production indépendante établies d’est en ouest au Canada.

Pour renseignements :

Carol Ann Pilon
Directrice générale
Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
Courriel : capilon@apfc.info
Numéro de téléphone : 613-230-1116

 

Communiqué de presse

CONTINUITÉ – ÉQUITÉ – SOUTIEN
Réponse de la Coalition pour la culture et les médias
à la vision de Patrimoine canadien

Montréal, le 2 octobre 2017 – Les organisations regroupées dans la Coalition pour la culture et les médias sont déçues par la proposition floue et l’incohérence de la vision du gouvernement canadien pour un Canada créatif. Alors que tous attendaient des réponses concrètes à leurs préoccupations criantes concernant la pérennité et le
rayonnement de la culture et des médias nationaux à l’ère numérique, c’est une vision partielle et incomplète qui consacre une iniquité fiscale unanimement décriée.

La coalition abonde dans le sens de ceux qui ont critiqué les propos de la ministre du Patrimoine canadien depuis quelques jours. Au lendemain de son énoncé de vision, elle rappelle les attentes du milieu en faveur d’une vision politique claire, inclusive, équitable et dans la continuité de l’action gouvernementale des dernières décennies.

L’entente Netflix, ajouter l’insulte à l’injure !
La vision présentée ne cadre pas avec les principes de notre manifeste (http://www.manifestepourlaculture.info), et nous sommes profondément choqués par l’entente entre le gouvernement et Netflix. Celle-ci vient banaliser le fait que des multinationales étrangères interagissent avec les Canadiens selon des standards différents de ceux de nos propres entreprises. Cela constitue une atteinte à notre souveraineté culturelle, en plus d’être profondément inéquitable. Le double standard au niveau de la taxation en est un exemple frappant.

Pourquoi l’américaine Netflix, qui a déclaré des revenus de près de 9 milliards $ l’an dernier, devrait-elle être avantagée ? Le gouvernement croit-il réellement que de négocier une entente « bilatérale » avec une multinationale américaine est un bon moyen de « continuer à protéger et à promouvoir nos histoires et notre culture » ? Ne voit-il pas dans cette entente un dangereux précédent ? Quels sont les paramètres pour le contenu canadien ? Pour le contenu francophone ? Nous demandons que l’entente conclue derrière des portes closes soit rendue publique pour que les contribuables puissent en connaître les termes.

Le gouvernement Trudeau installe une cassure plutôt qu’une continuité par rapport au soutien public et à la règlementation des 50 dernières années, qui ont permis de mettre sur pied l’écosystème culturel et médiatique canadien et québécois.

Et les oubliés ?
Et que dire des autres secteurs ? Outre la gifle aux médias écrits (« Nous n’avons pas l’intention de soutenir les modèles qui ne sont plus viables pour l’industrie. ») et aux diffuseurs de contenu en ligne compétiteurs de Netflix, la vision proposée n’offre aucune perspective pour des secteurs importants de l’univers de la communication et de la culture : la diffusion, la production et la création musicale, le livre dans son ensemble et les salles de presse régionales. Un plan de transition vers le numérique est nécessaire, mais il ne doit pas se faire au prix de notre souveraineté culturelle !

Nous souhaitons ouvrir un dialogue constructif avec le gouvernement
Voyant à quel point la vision annoncée dans « Canada créatif » est de mauvais augure pour l’avenir de l’identité culturelle du Québec et du Canada, la Coalition pour la culture et les médias compte continuer à susciter le dialogue avec le gouvernement fédéral pour assurer sa compréhension des enjeux et des conséquences des gestes qu’il pose ou qu’il a à poser. Nous profiterons de la tournée de la ministre Mélanie Joly dans quelques villes canadiennes pour lui faire part de nos inquiétudes et lui soumettre une série de questions et propositions.

À propos de la Coalition pour la culture et les médias
Une quarantaine d’organisations représentant des centaines de milliers de personnes ont été les premiers signataires du manifeste. En une semaine, plus de 3 500 personnes et organisations qui se sont jointes au mouvement tant au Québec qu’au Canada. Le site Manifestepourlaculture.info héberge le manifeste et recueille les noms de tout individu
ou organisation voulant ajouter sa voix à ce cri collectif.

PARMI LES SIGNATAIRES :
• Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
• Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA)
• Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son (AQTIS)
• ARTISTI
• Association des professionnels de l’édition musicale (APEM)
• Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ)
• Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ)
• Association nationale des éditeurs de livres (ANEL)
• Association québécoise de la production médiatique (AQPM)
• Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ)
• Association québécoise des cinémas d’art et d’essai (AQCAE)
• Canadian Media Producers Association (CMPA)
• Conseil québécois des arts médiatiques (CQAM)
• DOC Canada, incluant sa division du Québec
• Fédération culturelle canadienne-française (FCCF)
• Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
• Fédération nationale des communications (FNC-CSN)
• Front des réalisateurs indépendants du Canada (FRIC)
• Forum for Research and Policy in Communications (FRPC)
• Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ)
• Les Amis de la radiodiffusion canadienne
• L’Observatoire des réseaux et interconnexions de la société numérique (ORISON)
• L’Observatoire du documentaire
• Michèle Rioux, directrice du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
• Performers’ Rights Society (PRS)
• Québec Cinéma
• Quebec English-language Production Council (QEPC)
• Regroupement des artisans de la musique (RAM)
• Société de gestion collective des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes du Québec (SOPROQ)
• Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC)
• Société du droit de reproduction des auteurs compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC)
• Société Internet du Québec (ISOC Québec)
• Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et son Conseil provincial du secteur des communications (CPSC)
• Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB)
• Table de concertation de l’industrie du cinéma et de la télévision de la Capitale-Nationale
• Unifor-Québec
• Union des artistes (UDA)

Pour informations : Isabelle Gareau 514 953-0142 igareau@ftq.qc.ca
Catherine Escojido 514 927-8807 cescojido@aqtis.qc.ca
http://www.manifestepourlaculture.info/
http://www.standingforculture.info/
https://www.facebook.com/manifestepourlaculture/

Le communiqué de la Coalition pour la culture et les médias est aussi disponibles en format PDF ici.