Maux Mystères

Quelle serait votre réaction, si votre médecin vous annonçait: « Je ne sais pas ce que vous avez … et encore moins quoi faire pour vous aider! » ? Dans la série Maux Mystères, des personnes atteintes de maladies rares et souvent méconnues de la médecine moderne, voient leurs vies réduites à une course contre la montre, ultime et inexorable, vers l’obtention du diagnostic juste.

Pendant que patients et médecins s’acharnent à trouver un coupable, ces mystérieux maux se propagent et causent des ravages souvent irrévocables à leurs innocentes victimes. Cette incursion dans la quête de ces personnes malades, pose un regard humain sur la nécessité et surtout sur l’urgence d’obtenir un diagnostic juste, lorsque notre survie en dépend.

L’itinérance est un miroir de ce que l’on est, de ce que l’on vaut. Ensemble.  Dans ce road movie documentaire en 3 épisodes, Pascal pouce et campe à travers le Canada, Robert passe de son banc de parc à un appartement chauffé alors que Jacques, lui, part vivre tout seul dans le bois…

Avec eux et d’autres, cette série révèle – dans l’action – la complexe réalité de l’itinérance et du déracinement du point de vue de ceux qui sont en plein dedans. Chaque épisode y propose une façon de comprendre la vie dans la rue et l’instabilité résidentielle au Canada, à travers l’expérience de protagonistes que notre équipe de tournage a suivis au cours d’une année tumultueuse, faite de souffrance, de larmes et de joies. Ici, les personnes itinérantes et ceux qui peinent à payer leur loyer deviennent l’incarnation extrême de ce fossé qu’on ressent tous au fond notre âme. Ce fossé immense qui nous sépare du monde qui nous entoure.  Et si le vrai remède à l’errance et au déracinement, c’était l’amour et l’amitié?

De la traite de la fourrure à la ruée vers l’or noir, l’Ouest canadien reçoit des populations de partout pour ses grands espaces et la promesse d’une vie future prospère. On y retrouve aussi les Premières Nations qui y habitent depuis plus de 10 000 ans. Aussitôt passée la frontière à l’ouest de l’Ontario, on découvre une terre hostile et féroce : le port d’arme et le nombre d’incidents criminels par habitant doublent. Une population plus jeune, plus émotive, et plus instable, supporte mal les rêves déchus et répond avec violence. Avec comme toile de fond des paysages époustouflants, «Crimes de l’ouest» peint le portrait d’un monde brutal à la frontière de la civilisation et du monde sauvage.

Rude et éprouvante, la Yukon Quest est la course internationale de chiens de traineau la plus difficile au monde. Elle emprunte une combinaison de routes entre Whitehorse, Yukon et Fairbanks, Alaska et se déroule tous les mois de février depuis 1984. Le parcours est long et difficile et les conditions climatiques sont peu clémentes avec des températures pouvant atteindre -50°C et des heures d’ensoleillement très réduites.

Dans « Mushers : à la conquête de la Yukon Quest » suivez la préparation logistique et physique de notre participant et ses chiens et accompagnez-les tout au long de la course jusqu’à la ligne d’arrivée.

La côte ouest est mythique. Avec ses hautes montagnes, ses grands espaces, son climat tempéré et son accès privilégié à l’océan Pacifique, c’est le décor rêvé pour des chalets spectaculaires.  Dans Chalets de la côte ouest, l’animatrice Evelyne Charuest vous emmène à la découverte de ces bijoux d’architecture, tantôt dans la forêt, tantôt sur une île privée, mais toujours sur la piste de chalets étonnants.

Le documentaire L’oeil de la baleine raconte la réalisation d’une peinture murale/mosaïque monumentale composée de 231 toiles, uniques, peintes par plus de 200 artistes portant un regard original sur la côte ouest et sa beauté légendaire.

Qui sont les francophones de la région vancouveroise ? Dʼoù viennent-ils ? Que réunit et sépare les francophones et les francophiles ? Pourquoi et comment reste-t-on francophone à Vancouver en 2010 ? À lʼoccasion du Centenaire de la première communauté francophone sur la côte Ouest et en guise de réponse, « Ouest quʼon parle français? » vous propose des rencontres très diverses qui célèbrent la diversité et la vivacité de la communauté franco-colombienne.

Peut-on être aveugle et être vulnérable aux foudres de l’amour à première vue? Comment les aveugles trouventils l’âme sœur? Leurs méthodes sont-elles si différentes de celles des voyants? Quand l’amour est aveugle ouvre une fenêtre sur la culture des aveugles et porte un regard candide sur les défis personnels et affectifs que doivent surmonter les aveugles à la recherche du grand amour. Ce film explore l’univers de l’attirance et de l’amour, en suivant le parcours complexe de trois personnes en quête de compagnie et d’amour et en présentant les défis que leur posent la vie de célibataire, les rendez-vous et l’amour dans leur monde si peu visuel.

Quand l’amour est aveugle dévoile bravement les problèmes réels et apparents qui font obstacle aux aspirations romantiques de Shawn, une athlète sympathique et chaleureuse, de Jacquie, une romantique farouchement indépendante qui a de la difficulté à trouver l’âme sœur, et de Bryan, un professionnel doté d’un grand sens de l’humour qui s’est laissé séduire par la voix de sa conjointe.

Pour ces quelques francophones qui ont eu le coup de cœur, le Yukon est cet espace magique où, au-delà de la langue et de la culture française, leurs vies ont pris racines. Que l’on soit immigrant belge, arrivé à la fin des années 60; jeune famille venue vivre le mythe boréal, avec traineaux à chiens et cabane en bois rond ou encore entrepreneurs en tourisme avec le projet du parfait petit café, le Yukon est un de ces lieux où il est encore possible de trouver, de se trouver.

Arc-bouté sous le poids de ses rêves, l’image indélogeable du chercheur d’or a cédé le tableau aux chercheurs de vrai, aux chercheurs de plénitude. Le Yukon n’est pas pour les cœurs sensibles, mais il accueille à bras ouverts les grands cœurs, les fous de la lumière comme disait la chanson. Celle des étés sans fin comme celle des aurores boréales.

Épisode complet :

http://ici.radio-canada.ca/regions/special/2014/YPF/index.asp

Au fil de l’évolution des diverses cultures, les relations que nous entretenons avec les animaux ont bien changé. Différentes nationalités voient les animaux à leur manière: comme compagnons de parcours, bêtes de labeur, prédateurs à la réputation peu enviable ou encore, symboles religieux. Accompagnez le Dr. Sébastien Kfoury au travers ses visites exotiques dans « Bêtes Curieuses », et découvrez avec lui la place des animaux à travers le monde.