Maux Mystères

Quelle serait votre réaction, si votre médecin vous annonçait: « Je ne sais pas ce que vous avez … et encore moins quoi faire pour vous aider! » ? Dans la série Maux Mystères, des personnes atteintes de maladies rares et souvent méconnues de la médecine moderne, voient leurs vies réduites à une course contre la montre, ultime et inexorable, vers l’obtention du diagnostic juste.

Pendant que patients et médecins s’acharnent à trouver un coupable, ces mystérieux maux se propagent et causent des ravages souvent irrévocables à leurs innocentes victimes. Cette incursion dans la quête de ces personnes malades, pose un regard humain sur la nécessité et surtout sur l’urgence d’obtenir un diagnostic juste, lorsque notre survie en dépend.

L’itinérance est un miroir de ce que l’on est, de ce que l’on vaut. Ensemble.  Dans ce road movie documentaire en 3 épisodes, Pascal pouce et campe à travers le Canada, Robert passe de son banc de parc à un appartement chauffé alors que Jacques, lui, part vivre tout seul dans le bois…

Avec eux et d’autres, cette série révèle – dans l’action – la complexe réalité de l’itinérance et du déracinement du point de vue de ceux qui sont en plein dedans. Chaque épisode y propose une façon de comprendre la vie dans la rue et l’instabilité résidentielle au Canada, à travers l’expérience de protagonistes que notre équipe de tournage a suivis au cours d’une année tumultueuse, faite de souffrance, de larmes et de joies. Ici, les personnes itinérantes et ceux qui peinent à payer leur loyer deviennent l’incarnation extrême de ce fossé qu’on ressent tous au fond notre âme. Ce fossé immense qui nous sépare du monde qui nous entoure.  Et si le vrai remède à l’errance et au déracinement, c’était l’amour et l’amitié?

De la traite de la fourrure à la ruée vers l’or noir, l’Ouest canadien reçoit des populations de partout pour ses grands espaces et la promesse d’une vie future prospère. On y retrouve aussi les Premières Nations qui y habitent depuis plus de 10 000 ans. Aussitôt passée la frontière à l’ouest de l’Ontario, on découvre une terre hostile et féroce : le port d’arme et le nombre d’incidents criminels par habitant doublent. Une population plus jeune, plus émotive, et plus instable, supporte mal les rêves déchus et répond avec violence. Avec comme toile de fond des paysages époustouflants, «Crimes de l’ouest» peint le portrait d’un monde brutal à la frontière de la civilisation et du monde sauvage.

Rude et éprouvante, la Yukon Quest est la course internationale de chiens de traineau la plus difficile au monde. Elle emprunte une combinaison de routes entre Whitehorse, Yukon et Fairbanks, Alaska et se déroule tous les mois de février depuis 1984. Le parcours est long et difficile et les conditions climatiques sont peu clémentes avec des températures pouvant atteindre -50°C et des heures d’ensoleillement très réduites.

Dans « Mushers : à la conquête de la Yukon Quest » suivez la préparation logistique et physique de notre participant et ses chiens et accompagnez-les tout au long de la course jusqu’à la ligne d’arrivée.

La côte ouest est mythique. Avec ses hautes montagnes, ses grands espaces, son climat tempéré et son accès privilégié à l’océan Pacifique, c’est le décor rêvé pour des chalets spectaculaires.  Dans Chalets de la côte ouest, l’animatrice Evelyne Charuest vous emmène à la découverte de ces bijoux d’architecture, tantôt dans la forêt, tantôt sur une île privée, mais toujours sur la piste de chalets étonnants.

L’eau est au centre de l’expérience humaine. Source de vie sur terre, elle est également un endroit de mystère et de danger.

Pour les criminels, l’eau est une complice parfaite pour le crime parfait : elle efface, engloutit et emporte les corps, les armes et les indices. Pour les détectives, l’eau est une adversaire rusée. Elle ne se confesse jamais, forcant les détectives à employer des mesures extraordinaires pour découvrir la vérité. «Eaux troubles du crime» n’oppose pas simplement des criminels et à des détectives. Elle met en jeu une tierce partie, puissante, mystérieuse et tenace.

Partie 1 : Enfants d’Armageddon

Dans le contexte d’une menace nucléaire de plus en plus présente, renforcée par la politique américaine de ces dernières années, Maki, petite-fille d’une survivante du bombardement de Hiroshima tente de préserver la mémoire de l’horreur pour que l’histoire ne se répète pas et vit le stigma social attaché aux familles des irradiés.

Evelyn, originaire des Iles Marshall en exil à Honolulu, fille adoptive d’une femme irradiée par une bombe thermonucléaire américaine, a perdu sa terre et vit environnée du cauchemar des malformations génétiques et des cancers. Elle voudrait que les américains rendent justice aux siens et que leur souffrance soit reconnue.

Ces deux jeunes femmes nous introduisent également aux thèmes: de la réécriture de l’histoire institutionnelle en fonction de l’opportunisme politique, à la réalité des nouvelles armes nucléaires, à la contamination planétaire, au bouclier anti-missile, enfin à l’insuffisance des voix des survivants pour contrer une renaissance du nucléaire.

Partie 2: Que la bombe soit avec toi
Malgré l’engagement des états nucléaires à se désarmer, les traités sont bafoués et la menace nucléaire grandit sans rencontrer d’opposition populaire. C’est surtout la France et le Royaume-Uni qui sont mis en cause dans cette deuxième heure. Mauréa, jeune tahitienne anti-nucléaire, héritière du combat pionnier de son père, lutte dans une société où le nucléaire est tabou.

Elle nous permet de découvrir un pays déchiré par la colonisation nucléaire et un environnement rendu vulnérable au plutonium, un des poisons les plus puissants de ce monde. Elle voudrait que la vérité soit faite sur les essais.

Annie, néo-zélandaise, vit dans un pays anti-nucléaire et marche dans les pas de ses parents, figures héroïques du mouvement de la paix et instrumentaux dans la condamnation des armes par la Cour internationale de justice. Elle représente à la fois l’espoir de l’action citoyenne et le désespoir de la jeunesse toujours aux prises avec un atome qui n’a rien de fatal puisque des solutions sont en place, des traités sont signés. Les mouvements de la paix semblent avoir perdu leur voix avec la fin de la guerre froide. Mais en Juin 2006, les pacifistes du monde entier se rencontrèrent à Vancouver dans le cadre du Forum international de la paix. Y a-t-il un réveil?

Une série documentaire unique, traversant différentes époques du Québec, observant l’évolution des jeux et des jouets en fonction des facteurs sociologiques et des avancées technologiques. Nous y rencontrons France Castel, Jacques L’Heureux et Marie-Lise Pilote, qui partagent leurs expériences de jeunesse vis-à-vis différents jeux et jouets. Divers experts et entrepreneurs expliquent l’impact des jouets sur la société, en passant par l’importance de la période des fêtes au niveau commercial et la différence culturelle québécoise dans le marché nord-américain. Partez à la redécouverte de votre enfance via les jouets qui vous ont fait vibrer.

Documentaire dans les coulisses, « L’École de Cirque » mêle situations dramatiques et suspense… le tout très réel. On suit sept étudiants qui font de violents efforts pour parfaire de nouvelles spécialités, pour agrandir leur champ artistique, et qui souvent se blessent à force de travail! Pourront-ils supporter la somme impressionnante d’efforts physiques exigés par le cirque?

Le documentaire L’oeil de la baleine raconte la réalisation d’une peinture murale/mosaïque monumentale composée de 231 toiles, uniques, peintes par plus de 200 artistes portant un regard original sur la côte ouest et sa beauté légendaire.