Mehdi et Val

Mehdi et Val présente les aventures de Valérie et de son demi-frère, Mehdi. Grâce à de mystérieuses épées, ils voyagent entre le temps présent et le Moyen Âge. Et bien sûr, des défis et des surprises les attendent à chacune de leurs visites dans le passé.

Imaginez le petit village de Languille-sous-Roche avec son château, son puits et ses murailles. Pas de bruit de voiture, juste le cri des poules et des cochons! Imaginez qu’autour de vous, rien ne ressemble à ce que vous connaissez. Qu’il y a des chevaliers et des catapultes, et qu’on vous offre du ragoût d’écureuil pour souper. Imaginez les gens que vous croisez : des paysans, des nobles et même un savant qui croit aux licornes! Et surtout, imaginez les nouveaux amis que vous vous faites, malgré les siècles de différence. À qui faire confiance? Comment cacher que vous venez du futur?

Dès leur arrivée à Languille-sous-Roche, Mehdi et Valérie se lient d’amitié avec Roselyne, Tristan et Flora, des villageois de leur âge. Avec eux, ils rient, jouent, explorent et relèvent une foule de défis. Mais leurs nouveaux amis doivent aussi faire face aux caprices d’Alix, le fils du seigneur. Alix de Tircavel, c’est la terreur de Languille! Il ruine la vie des villageois en exigeant que ces derniers répondent à toutes ses demandes. Mehdi et Valérie n’hésitent pas à s’allier aux villageois pour saboter les plans d’Alix et empêcher que ce dernier ne devienne le nouveau grand seigneur.

C’est en combinant le meilleur des deux époques que nos héros et leurs amis arrivent à faire face à tous les obstacles, quand vient le temps de résoudre de grands défis ou lors de leurs folles aventures du quotidien au Moyen Âge.

La série, pleine d’humour et d’action, est un heureux mélange entre les époques et un bel exemple de collaboration malgré les différences.

Mon père, le roi est un court métrage documentaire qui raconte l’histoire d’un gourou. Il capte les souvenirs du fils et de l’ex-épouse d’un homme désormais devenu le « roi » d’une secte religieuse. Avec la cinéaste, ils prennent la route pour visiter celui qui les a abandonnés 45 ans plus tôt.

 

 

Premiers Mots raconte l’histoire d’un couple bilingue qui attend avec impatience le premier mot de leur fils. Ce mot sera-t-il, « Papa » à la grande fièreté de son papa français, Guy, ou bien le fameux, « Mommy » pour ravir sa maman? Quand le petit Matéo s’exprime enfin pour la première fois cela déclenche un torrent d’émotion pour Guy et il s’en suit une bataille enfantine entre les parents qui pourraient tout détruire.

Vidéo corporative pour le Centre des Jeux du Canada à Whitehorse (Yukon), qui n’a pas son pareil dans le Nord. Le complexe multisports abrite deux patinoires de compétition un terrain de soccer intérieur couvert de gazon artificiel, un flexihall, une piscine, une piste de course, un centre de conditionnement physique et des salles de réunions.

Le documentaire L’oeil de la baleine raconte la réalisation d’une peinture murale/mosaïque monumentale composée de 231 toiles, uniques, peintes par plus de 200 artistes portant un regard original sur la côte ouest et sa beauté légendaire.

Partie 1 : Enfants d’Armageddon

Dans le contexte d’une menace nucléaire de plus en plus présente, renforcée par la politique américaine de ces dernières années, Maki, petite-fille d’une survivante du bombardement de Hiroshima tente de préserver la mémoire de l’horreur pour que l’histoire ne se répète pas et vit le stigma social attaché aux familles des irradiés.

Evelyn, originaire des Iles Marshall en exil à Honolulu, fille adoptive d’une femme irradiée par une bombe thermonucléaire américaine, a perdu sa terre et vit environnée du cauchemar des malformations génétiques et des cancers. Elle voudrait que les américains rendent justice aux siens et que leur souffrance soit reconnue.

Ces deux jeunes femmes nous introduisent également aux thèmes: de la réécriture de l’histoire institutionnelle en fonction de l’opportunisme politique, à la réalité des nouvelles armes nucléaires, à la contamination planétaire, au bouclier anti-missile, enfin à l’insuffisance des voix des survivants pour contrer une renaissance du nucléaire.

Partie 2: Que la bombe soit avec toi
Malgré l’engagement des états nucléaires à se désarmer, les traités sont bafoués et la menace nucléaire grandit sans rencontrer d’opposition populaire. C’est surtout la France et le Royaume-Uni qui sont mis en cause dans cette deuxième heure. Mauréa, jeune tahitienne anti-nucléaire, héritière du combat pionnier de son père, lutte dans une société où le nucléaire est tabou.

Elle nous permet de découvrir un pays déchiré par la colonisation nucléaire et un environnement rendu vulnérable au plutonium, un des poisons les plus puissants de ce monde. Elle voudrait que la vérité soit faite sur les essais.

Annie, néo-zélandaise, vit dans un pays anti-nucléaire et marche dans les pas de ses parents, figures héroïques du mouvement de la paix et instrumentaux dans la condamnation des armes par la Cour internationale de justice. Elle représente à la fois l’espoir de l’action citoyenne et le désespoir de la jeunesse toujours aux prises avec un atome qui n’a rien de fatal puisque des solutions sont en place, des traités sont signés. Les mouvements de la paix semblent avoir perdu leur voix avec la fin de la guerre froide. Mais en Juin 2006, les pacifistes du monde entier se rencontrèrent à Vancouver dans le cadre du Forum international de la paix. Y a-t-il un réveil?

Un groupe de 11 musiciens vancouverois s’est vu proposer un défi: composer, répéter et présenter en concert une nouvelle pièce de musique écrite pour un gamelan et un ensemble occidental composé d’un piano et d’un octuor de cuivres. Ils se joignent donc aux vingt-sept membres du gamelan Çudamani dans le petit village de Pengosekan au centre de Bali, à l’initiative du compositeur et ethnomusicologue canadien Michael Tenzer.

Pendant un mois, ils vivent une immersion balinaise totale alors qu’ils doivent s’adapter à un environnement culturel et à des conditions de vie entièrement neufs. Bali par coeur c’est plus qu’un documentaire musical. C’est une histoire profondément humaine d’amitié, d’enthousiasme, de défis et de conflits. C’est aussi le témoignage émouvant de l’attachement profond des Balinais à une culture dont ils ont compris qu’elle était leur principal moyen de survie.

C’est l’histoire de Jean Caux, dit Cataline, ce pionnier francophone venu tenter sa chance pendant la ruée vers l’or de 1858. Après maints échecs à titre de mineur, il découvre que l’or se trouve surtout dans le transport de marchandises. C’est ainsi que débute sa carrière de paqueteur qui couvre plus d’un demi-siècle et qui le mène, lui et son train de mules, à parcourir la Colombie- Britannique, depuis les eaux douces du fleuve Fraser jusqu’aux pentes vertigineuses de la région du Cariboo.

Dans ce passionnant documentaire d’une heure, faites la connaissance de cet aventurier, pour qui la vie était les sentiers, la nature sauvage et les nuits à la belle étoile. Rencontrez aussi les personnages qui racontent sa vie et qui, malgré les années, ont su garder intacte la mémoire de Cataline.

« Nagamowin », chanter en ojibwé, c’est 13 épisodes de 30 minutes qui suivent 13 auteurs-compositeurs autochtones de partout au Canada. Ils sont en concert dans 13 communautés autochtones différentes en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, en Colombie-Britannique et au Nunavut.

Afin d’éviter les moqueries, Camille, treize ans, tente par tous les moyens de cacher à son père inculte et à sa mère maniaque de la propreté que ses menstruations ont commencé.