Cowboy urbain (Saison 2)

C’est la continuation de la quête de Steve, notre cow-boy urbain. Depuis le début de la série, il a rencontré de nombreux personnages fascinants qui lui ont fait découvrir plusieurs éléments du monde des cow-boys. Il a appris à mieux se connaître en récoltant les histoires des gens qu’il côtoyait et il a pris confiance en lui en
expérimentant concrètement le quotidien des cow-boys.

Au-delà des rencontres prévues, d’autres sujets reliés au monde des cow-boys se sont présentés à Steve et l’ont convaincu qu’il y a encore de nombreux aspects de cet univers à explorer. Dans cette deuxième saison, notre cow-boy urbain élargit ses horizons et découvre de nouveaux territoires. En plus de l’Ouest canadien, Steve se dirige vers l’est du pays et aux États-Unis.

Jusqu’où ira la quête de notre protagoniste? Quelles autres découvertes attendent Steve?

How to be French en Colombie-Britannique est un dérivé de la série “How to be French en Alberta”. Le succès de How to be French en Alberta a suscité de l’intérêt pour une version élargie de la série mettant en valeur le français dans les autres provinces canadiennes. 360 000 francophones vivent en Colombie-Britannique ! Il y a environ 70 000 francophones et 300 000 francophiles. “How to be French en Colombie-Britannique ” vise à mettre en lumière les communautés francophones de la Colombie-Britannique, à appuyer les initiatives, à favoriser la compréhension et la vitalité de la communauté par le biais de capsules poétiques et créatives.

Que se passe-t-il dans la tête d’un ado de 16, 17 ou 18 ans? La saison 4 de Comment devenir adulte plonge encore une fois dans le quotidien de 4 jeunes Torontois pendant une année complète, mais cette fois-ci, la majorité sont
à leur dernière année au secondaire. De l’organisation d’un défilé de mode à une pratique de théâtre, d’une réunion du club LGBTQ à une soirée entre amis, nous les accompagnons à l’école, au travail, à la maison, et dans leurs activités parascolaires ou sociales.

Les jeunes nous livrent leur point de vue sur différentes épreuves plus personnelles de l’adolescence grâce à leur narration de style journal intime.

 

L’amour, l’intimidation, l’amitié, les examens, le permis de conduire, vivre avec ses parents, les choix de carrière… La fin du secondaire, c’est tout ça! Que se passe-t-il dans la tête d’un ado de 16 ou 17 ans? La saison 3 de Comment devenir adulte se déplace cette fois à Toronto où on fait la rencontre de quatre nouveaux adolescents qui tentent de traverser cette période charnière de leur existence sans trop d’égratignures.

En 1997, Annie Pembe Mponda, doit soudainement quitter la République Congo pour venir se réfugier au Canada afin de fuir la violence grandissante au pays. Elle emmène avec elle son fils Wagner, âgé de 4 ans, mais se voit obligée de laisser ses deux filles, Kisha et Miriam (4 mois et 2 ans), avec leur grand-mère. Le chemin qui mènera Annie à obtenir sa citoyenneté canadienne s’avèrera très long et difficile, mais c’est l’espoir de se voir un jour réunie avec ses trois enfants qui lui donne force et courage. Kisha et Miriam chantent ensemble depuis qu’elles sont toutes petites, et leurs chants apaisent leurs inquiétudes quand elles se sentent seules. Cette musique deviendra le fil d’Ariane qui les guidera de l’amour maternel de leur grand-mère à Kinshasa vers une réconciliation avec leur mère et cette nouvelle vie au Canada, remplie d’amour et d’espoir.

 

Garder son identité en contexte minoritaire, s’affirmer malgré les différences culturelles et linguistiques, et s’épanouir en s’exprimant dans la langue de ses parents, grands-parents et arrière-grands-parents, voilà la raison d’être de la série « Hors Québec ».

 

Un groupe de Franco-ontariens répond à l’invitation lancée par des Algonquins de la
réserve Wahgoshig et se déplace pour rendre visite à la communauté située dans le
nord de l’Ontario au bord du lac Abitibi. Pendant deux semaines, le groupe sera initié à
la vie quotidienne des Autochtones et à leur culture. Plusieurs Algonquins parlent
français et pourront ainsi servir de guide à leurs invités. Au fil des jours, les Franco-
ontariens pourront vivre avec les Autochtones et participer à leurs activités
quotidiennes, sportives et culturelles. Ils pourront dialoguer avec les Wahgoshig sur les
enjeux importants et faire une expérience unique. L’objectif est de combattre les
préjugés dont sont victimes les Autochtones, en faisant vivre une expérience prolongée
à un groupe de personnes sur place.

La communauté hôte est dynamique, fière de sa culture, tournée vers l’avenir et
ouverte à la communication. Au fil des documentaires, nous ferons connaissance avec
les Franco-ontariens. Ces personnes proviennent de milieux divers, appartiennent à des
générations et des cultures différentes et possèdent des savoir-faire en lien avec les
intérêts actuels des Wahgoshig. Nous découvrirons leurs attentes avant le départ, puis
leurs réactions à leur nouvel environnement pendant le séjour. Nous suivrons ainsi
l’évolution des mentalités et des perceptions de chacun avec le temps.

 

De retour dans sa ville natale de Queensbury à la suite d’une bavure policière ayant eu des conséquences dramatiques, l’enquêteuse Marianne Desbiens (Hélène Florent) doit résoudre un meurtre dès son arrivée. Une jeune autochtone a été retrouvée assassinée près de la rivière qui longe la petite ville minière. Pour Marianne, son retour à Queensbury en compagnie de son fils Billy (Jacob Whiteduck-Lavoie) réveille de vieilles blessures. En quête de rédemption, elle se jette à fond dans cette affaire qui bouleverse la communauté et sa propre famille.

 

« Mission verte » aide des familles francophones de l’ouest du pays à réduire leur empreinte écologique. La série démystifie les enjeux environnementaux de notre quotidien et offre des conseils simples et pratiques pour lutter contre la pollution.

Les Acadiens qui ont migrés dans les bayous louisianais au 18e siècle ont dû survivre dans cet univers hostile grâce à la chasse et à la pêche. De nos jours, plusieurs de ces descendants acadiens métissés que l’on appelle les Cadiens, vivent de ces pêches traditionnelles. Pêches des bayous va à la rencontre de ces pêcheurs louisianais afin de mieux comprendre les défis, les enjeux,les risques et les aspects techniques de pêche des écrevisses, des crevettes, des huîtres, du crabe, de la grenouille, du poisson-chat, de la tortue et de l’alligator.