Frères, fusils et festins

Les frères Patrick et Jérémie Thibeault partent à la rencontre des chasseurs d’aujourd’hui. Ils cherchent à connaître non seulement les techniques de chasse et de cuisson locales, mais aussi la culture et les gens qui perpétuent ces traditions.

La série documentaire Michif Country présente des Mitchifs du lac Manitoba qui entraînent avec eux des vedettes autochtones pour des aventures représentatives de leur mode de vie traditionnel à Saint Laurent. À travers la curiosité et le point de vue des vedettes invitées, nous accédons à un univers unique où la chasse-trappe-pêche continue d’être à la base de l’économie locale.

La Terre en nous est une série inspirante, divertissante et instructive. Elle s’adresse en particulier à la génération des 18-30ans, une génération mûre pour participer au changement. À travers la quête authentique, curieuse et humaine de Christian Pilon, nous rencontrons des gens en action qui travaillent à des solutions et qui donnent le goût à l’auditoire de renouer avec leur environnement. La série se distingue notamment par son point de vue autochtone porté par des francophones hors Québec.

Nous faisons subir à la planète plus qu’elle ne peut supporter, mais partout, à travers le Canada, des gens sont en action et veulent faire une différence. Leurs solutions sont inspirantes et nous montrent la voie. Christian Pilon est un Métis qui part à leur rencontre pour comprendre leurs motivations et découvrir leurs projets. Qui sont ces gens qui veulent faire corps avec la Terre, quelle est cette lumière qui brille dans leurs yeux ?

C’est la continuation de la quête de Steve, notre cow-boy urbain. Depuis le début de la série, il a rencontré de nombreux personnages fascinants qui lui ont fait découvrir plusieurs éléments du monde des cow-boys. Il a appris à mieux se connaître en récoltant les histoires des gens qu’il côtoyait et il a pris confiance en lui en
expérimentant concrètement le quotidien des cow-boys.

Au-delà des rencontres prévues, d’autres sujets reliés au monde des cow-boys se sont présentés à Steve et l’ont convaincu qu’il y a encore de nombreux aspects de cet univers à explorer. Dans cette deuxième saison, notre cow-boy urbain élargit ses horizons et découvre de nouveaux territoires. En plus de l’Ouest canadien, Steve se dirige vers l’est du pays et aux États-Unis.

Jusqu’où ira la quête de notre protagoniste? Quelles autres découvertes attendent Steve?

Les Acadiens qui ont migrés dans les bayous louisianais au 18e siècle ont dû survivre dans cet univers hostile grâce à la chasse et à la pêche. De nos jours, plusieurs de ces descendants acadiens métissés que l’on appelle les Cadiens, vivent de ces pêches traditionnelles. Pêches des bayous va à la rencontre de ces pêcheurs louisianais afin de mieux comprendre les défis, les enjeux,les risques et les aspects techniques de pêche des écrevisses, des crevettes, des huîtres, du crabe, de la grenouille, du poisson-chat, de la tortue et de l’alligator.

Considéré comme l’un des plus beaux hiboux d’Amérique du Nord, le harfang des neiges (bubo scandiacus) est certes un des plus impressionnants. Sa beauté et l’image de liberté qu’il inspire le rendent fortement reconnaissable.

Emblème aviaire du Québec, son nom est associé à une multitude de produits et d’organismes. Mais si on va plus loin que la simple image de beauté et de liberté qu’il incarne, son histoire naturelle, quoique mal connue, est elle aussi fascinante et justifie qu’on s’y attarde. Suivant le principe éprouvé de partir du connu pour aller vers l’inconnu, nous irons à la rencontre du harfang alors qu’il se retrouve tout près de nous.

À intervalles plus ou moins réguliers, des individus de l’espèce accomplissent des déplacements en masse, de leurs aires de nidification arctiques vers les zones plus peuplées du Sud. Ils affectionnent alors des habitats qui leur rappellent leur toundra natale. Les plus fortes concentrations se retrouvent dans les prairies canadiennes, en particulier dans une zone au nord de Saskatoon en Saskatchewan. Dans l’Est, ce sont les marais et les champs agricoles qui les attirent. Par exemple ils se concentrent souvent dans les terres agricoles au nord-est de Montréal.

Par contre, leurs mouvements peuvent être erratiques et à l’hiver 2013-2014, nous avons assisté à une des plus importantes invasions de cette espèce mythique, sur la côte nord-est de l’Amérique du Nord. De Terre-Neuve jusqu’en Virginie, les rapports se comptaient par centaines et fracassaient des records. Nous les avons suivis là où ils étaient au moment du tournage et nous avons documenté leur mouvement.

Dans Au coeur du Yukon, les possibilités sont illimitées. Cette série télévisée met en vedette Simon D’Amours, un aventureux qui part à la découverte de ce territoire éclectique à bord d’un autobus scolaire qu’il a lui-même converti en maison mobile.

En sillonnant cette vaste région située au nord du Canada, Simon rencontre des gens qui, comme lui, vivent hors des sentiers battus. Les rendez-vous sont divers : artistes, militants, sportifs, et plus encore! Chacune de ces rencontres, à sa manière, marquera Simon et l’aidera à s’épanouir pendant son parcours.

Extrait tiré d’Au coeur du Yukon

À chaque été, entre la saison de pêche au homard et celle du hareng, une soixantaine d’équipages s’embarquent dans une véritable course contre la montre afin d’attraper un poisson de fond très convoité : le flétan. Dans le documentaire Le sprint au flétan nous suivons quatre équipages qui, en seulement dix heures, équipés de palangres, tenteront d’attraper un maximum de poissons.

Dans cette pêche où l’on doit combiner chance et expérience, les meilleurs reviendront avec des revenus pouvant aller jusqu’à 25 000 dollars tandis que d’autres n’attraperont pas de poissons et devront essuyer des pertes.

Le documentaire Chercheurs d’or yukonnais explore le quotidien des mineurs d’or au Yukon. En se faisant embaucher dans des mines de la région de Dawson, le Yukonnais Simon D’Amours en apprend plus sur ce métier si singulier et part à la rencontre de chercheurs d’or d’exception.

Au cours des premières semaines, Simon apprend à miner avec un expert dans le domaine : Bernard Gagnon (Bernie). Du haut de ses 75 ans, Bernie est connu pour son ingéniosité et possède un outil révolutionnaire qui détecte les filons d’or sous les sols. Afin d’en apprendre davantage sur les techniques de recherche, Simon se rend également au milieu des bois avec Claude Audet et Corwin Guimond (Cor) pour analyser un terrain en utilisant la technique de « shaft », c’est-à-dire en creusant des trous dans le sol.

Claude, 57 ans, en est à son quatrième shaft, mais il n’a encore jamais trouvé d’or. Par contre, il espère bien y arriver sur ce nouvel emplacement qui semble très prometteur.

Cor, 66 ans, trappe dans les bois du Yukon depuis plus de 40 ans. Quand il ne trappe pas, il marque des terrains pour des mineurs ou fait des shafts avec ses amis, comme Claude Audet.

Simon tente de percer le mythe des mineurs, de comprendre ce qui les motive à poursuivre une vie si dure. Est-ce uniquement l’appât du gain ou y a-t-il autre chose qui les pousse à passer autant d’heures à travailler dans les bois, parfois jusqu’à épuisement, loin de leur famille et des commodités de la ville ?

À la fin du voyage, Simon n’aura peut-être pas trouvé une nouvelle vocation, mais il aura tracé un portrait des chercheurs d’or d’aujourd’hui.