Le silence

Alors que les scandales de nature sexuelle secouent l’Église catholique à travers le monde, et ce, jusqu’au Vatican, la cinéaste Renée Blanchar explore les dessous du silence en lien avec les cas d’abus sexuels perpétrés par les prêtres Lévi Noël, Yvon Arsenault et Camille Léger, qui auront fait des centaines de victimes en Acadie. Long métrage documentaire produit par Maryse Chapdelaine (Ça Tourne Productions) en coproduction avec l’Office national du film du Canada et avec l’appui de la province du Nouveau-Brunswick (Tourisme, Patrimoine, Culture). Sortie anticipée été 2020

Après leur échec cuisant au Zoofest de Montréal, les Newbies sont de retour dans leurs vies « normales » à Moncton. Le trio doit faire face à la dure réalité : ils ne pourront jamais percer en humour au Québec. André se résigne à reprendre son ancien job alimentaire auprès d’un patron abusif et tente d’oublier ses rêves de gloire et de célébrité. De son côté, Luc essaie de surfer sur ce qui lui reste de popularité au Nouveau-Brunswick. Christian est le seul qui n’est pas prêt à lancer la serviette et rêve toujours de gagner sa vie avec l’humour. Ensemble ou séparément, les membres des Newbies devront surmonter de nombreux défis : ce n’est pas facile de faire de l’humour en Acadie… encore moins d’en vivre!

Les Newbies, c’est une série humoristique de 10 épisodes de 30 minutes
dont l’action se déroule en Acadie. À cheval entre la fiction et la réalité,
elle raconte l’ascension « vers la gloire » d’André, Christian et Luc, trois
amis qui rêvent de gagner leur vie grâce à l’humour.

Leur quête ne sera pas de tout repos, car dès le départ, ils se buteront au fait
qu’ils ne sont ni connus ni Québécois, en plus de disposer d’un ultimatum d’un an imposé par Amélie, l’épouse d’André! Ils essaieront donc de générer assez de buzz au Nouveau-Brunswick pour attirer l’attention des gens de l’industrie et être invités à performer sur une grande scène québécoise, tout ça, en tentant de préserver leurs relations personnelles avec leur femme, enfant, ex-femme, ex-boss, ex-gérant et nouvelle conquête!

Tout au long de la série, les trois acolytes, dont la carrière sera gérée par Lamont, propriétaire du bar L’aboiteau, navigueront de villes en villages, dans un simili réseau de salles de spectacles médiocres, de centres communautaires et de bars lugubres, un réseau qui, disons-le, est beaucoup moins développé que celui du Québec! Parviendront-ils à attiser l’intérêt du public, et par la bande, celui des producteurs?

À suivre…

Martin Saulnier : Dernier rappel est une émission complémentaire au documentaire La force du rire. Il a été réalisé dans le but de rendre hommage à Martin Saulnier, un des personnages principaux de ce film, décédé quelques mois après le tournage du documentaire.
Ce court métrage est un hommage pour honorer la mémoire de Martin Saulnier et retracer son parcours. Pour ce faire, nous rencontrons sa famille et ses amis humoristes et nous visitons son lieu de travail; le Pays de la Sagouine.
Ce film est parsemé de matériel original et inédit de Martin Saulnier sur scène. Lorsqu’un humoriste meurt, ses blagues et la manière de les livrer disparaissent avec lui. Nous profitons de cette vitrine pour présenter une dernière fois Martin qui nous a quitté trop tôt. Il était connu comme un des piliers de l’humour en Acadie.

Ce documentaire présente trois gars qui parlent de leurs différences et de leur cheminement dans la création d’un spectacle d’humour. Pierre Lambert est aveugle, Martin Saulnier est atteint de dystrophie musculaire et Christian Kit Goguen est atteint du syndrome de Gilles de la Tourette.

Le film documentaire « Sexe shop : Une affaire de famille » n’est pas une critique de l’industrie ni une enquête de l’inventaire de sexe shop. On ne verra pas non plus de soutane présentant un point de vue moral ou de spécialiste du sexe. Le but n’est pas de comprendre les rouages de l’industrie de jouets sexuels, mais de découvrir la vie de propriétaires de sexe shops en milieu rural ; où la clientèle n’est pas une manne et où perdure un esprit de « petit village ».

 

Cette année, Rita s’affirme davantage comme entrepreneure. Pour assurer le succès de son gîte, elle se rend compte qu’elle doit mettre Saint-Prospère sur la mappe. Cela l’amène entre autres à se lancer trop rapidement dans un projet de restauration d’une source d’eau miraculeuse, tenter de représenter sa ville dans un congrès régional et à organiser, sur les chapeaux de roues, une exposition de voitures anciennes. Car il ne sera pas dit que Rita Melanson laissera aller St-prospère à la valdrague! Et comme toujours, Rita ne peut s’empêcher de s’immiscer dans la vie de son entourage : elle évite à Yolande de faire une gaffe qui entraînerait une rupture avec Edmour; elle protège Ferraille lorsque sa sœur annonce vouloir vendre le terrain familial; elle pousse Gilberte à enfin confronter son mari trop souvent absent, absence qui affecte aussi leur fille Terri; elle se mêle de la première exposition de Zoël; puis, elle continue de se confronter à Lomer sans savoir que lui, de son côté a décidé de faire appel à un psychologue pour vaincre son anxiété au travail. Ou, dans sa vie en général, ce qui pourrait inclure Rita ?

Après un an, Rita Melanson (Patricia Léger) a décidé de s’installer et de se faire une vie heureuse à Saint-Prospère. Son gîte est maintenant une entreprise fonctionnelle et elle fait tous les efforts nécessaires pour réussir. Toutefois, elle aimerait bien tromper son ennui avec une relation amoureuse! L’amour est toujours dans l’air pour Terri et Zoël (Bianca Richard et Gabriel Robichaud), mais de son côté, Ferraille (Raphaël Butler) devra confronter les conséquences de ses amours passées. Pendant ce temps, Yolande (Marie-Jo Thério) veut plus de piquant dans sa vie, au grand désespoir d’Edmour (Marc Lamontagne), alors que Gilberte (Claire Normand) œuvre sans relâche pour faire reconnaître davantage sa chère Acadie. Même après un an, les relations entre Lomer (Marcel-Romain Thériault) et Rita demeurent tendues.

Après plusieurs décennies d’absence, Rita Melanson (Patricia Léger) revient dans le village de Saint-Prospère, une communauté pittoresque acadienne qui s’en va « à la valdrague » (en déclin). Après avoir acheté, un peu par accident, l’église et le presbytère, elle tentera d’attirer des touristes et de monter une entreprise pour retrouver la prospérité dans son coin de pays! Éprouvée par l’opposition de son ancien amoureux Lomer (Marcel-Romain Thériault), le maire du village, Rita bénéficie toutefois d’alliés précieux, comme son cousin Ferraille (Raphaël Butler), l’homme à tout faire, sa grande amie Yolande (Marie-Jo Thério), fermière à contrecœur, et Zoël (Gabriel Robichaud) un jeune Québécois bohémien.

 

Gabriel Malenfant cherche à découvrir le legs de la très vieille maison de ses ancêtres et de ses liens brumeux à une chapelle de Cocagne. Les légendes d’une chapelle associée à cette maison nous amènent à jeter un regard sur l’histoire de Cocagne, sur la première chapelle et sur son fondateur Joseph Gueguen, une figure dominante et moins connue dans la culture populaire. Ce film documentaire fera découvrir les histoires qui l’entourent et tentera de révéler des découvertes historiques importantes pour la communauté de Cocagne ainsi que pour l’Acadie.