Maxime Beauchamp

Maxime est un réalisateur Franco ontarien situé à Vancouver originaire de l’est Ontarien. Il a réussi à marierson expertise en tant que réalisateur et ainsi que ses compétences dans le domaine de la danse en tant que chorégraphe. À ce jour, il a réalisé des courts-métrages, vidéo-clips et annonces récipiendaires de multiples prix autour du monde. Après avoir établi une réputation de confiance dans le domaine indépendant, il a eu la chance de travailler avec des compagnies de production comme Warner Bros., Netflix, CBC, Telus…

Ses études ont commencé à Sainte-Thérèse en gestion de scène, poursuit à Ottawa en publicité et se termine à Vancouver en vidéo production. Cet amalgame d’expérience fait de lui un artiste professionnel qui comprend le ballant nécessaire pour créer un produit innovant qui rejoint un public précis.

 

 

Alexis Normand (« Aleksiss »), une réalisatrice émergente Fransaskoise de Saskatoon, est profondément inspirée par les Prairies. Elle a commencé sa carrière dans les arts comme auteure-compositrice primée, avant de s’orienter vers la réalisation de documentaires — un médium qui renforce l’authenticité et la vulnérabilité de sa pratique et offre une façon différente de vivre et de documenter les interactions humaines. Elle est attirée par les histoires identitaires, ainsi que par celles qui parlent de langue, d’appartenance et de racines. Alexis est très impliquée auprès de la communauté fransaskoise et a siégé au conseil d’administration de divers organismes artistiques provinciaux et nationaux pour défendre les intérêts d’artistes qui vivent en situation linguistique minoritaire. Elle est actuellement en développement pour son premier documentaire, Sing Me Home.

Entre 1998 et 2010, j’ai travaillé comme productrice, réalisatrice, scénariste, recherchiste et coordonnatrice de production dans la création de documentaires pour différentes chaînes, y inclut : Discovery, History Television, Radio-Canada, TFO, TV5, ArTV, Canal D, TVA, et l’Office national du film, Studio Acadie.

Je détiens un baccalauréat en journalisme de l’Université Concordia. J’ai débuté ma carrière professionnelle en tant qu’assistante à la réalisation à CBC Montréal; pour ensuite devenir productrice avec la chaîne 24 h, Newsworld. Je suis revenue dans ma province natale en tant que productrice/réalisatrice aux actualités et affaires publiques à CBC Fredericton. J’ai également reçu une formation et travaillé comme journaliste vidéo pour la CBC.

Depuis 2010, je me suis démarquée comme consultante en communication dans le domaine du marketing éducatif et dans la création de profils vidéo (réalisation, tournage et montage) pour des organismes sans but lucratif, des agences gouvernementales, et des entreprises privées.

Après des études en production cinématographique à l’école Mel Hoppenheim de l’Université Concordia, le cinéaste acadien Julien Cadieux s’est dévoué à la réalisation. Depuis plus de 10 ans, il cumule divers projets en tant que réalisateur de séries documentaires (web et télévisuelles), de films documentaires et de courts-métrages de fiction.

Dans ses œuvres se manifeste son intérêt pour les arts et pour les rencontres humaines qu’il fait tout au long de son parcours. Sa passion pour le montage l’a mené à collaborer avec d’autres réalisateurs et réalisatrices et à s’exposer à des univers créatifs et humains très riches.

Depuis 2005, Francine Hébert occupe divers rôles dans le domaine du cinéma et de la production télévisuelle documentaire / magazine. En tant que réalisatrice, elle s’inspire d’histoires remplies d’humanité, qui touchent d’importants enjeux de société. Cafétéria, le premier court-métrage documentaire qu’elle réalise en 2015, est primé au FICFA, aux RVQC et aux prix Éloizes. Ces derniers célèbrent l’excellence artistique en Acadie.

En 2019, Noah, 18 ans, le second documentaire qu’elle réalise, reçoit le prix du Meilleur film franco-canadien aux Rendez-vous Québec Cinéma. Présentement, deux documentaires uniques la tiennent occupée, de même qu’une série documentaire télé et une série web documentaire.

Jean-Philippe Marquis est un réalisateur de films documentaires, cameraman, monteur vidéo et photographe présentement basé à Vancouver. Il possède un diplôme d’étude supérieure spécialisée en journalisme de l’Université Concordia et un baccalauréat en anthropologie de l’Université de Montréal. Il s’intéresse principalement aux enjeux sociaux liés à l’industrie extractive et aux conflits territoriaux.

En 2013-2014, il co-réalise le documentaire Line In The Sand, un film portant sur les craintes et opinions de ceux vivant sur la trajectoire du pipeline proposé Northern Gateway.

En 2015 il travaille comme monteur sur la série Mushers: À la conquête de la Yukon Quest et puis comme directeur photo sur Les Canadiens Errants, pour RDI. Il joint ensuite l’équipe de Terres d’Exploration comme caméraman et monteur.

Jean-Philippe parle et écrit le français et l’anglais et possède son propre équipement de tournage et de montage.

Anthony est un jeune réalisateur et directeur photo pluridisciplinaire, ayant étudié à Jonquière en production et postproduction.

Son art s’est tout d’abord fait connaitre à travers les films de sports, où il a réalisé, tourné, monté et produit deux films sur le snowboard urbain. Il poursuivit sa carrière professionnelle à Québec chez Nova Film où il a su aiguiser son savoir-faire à travers différents projets publicitaires.

C’est en 2015 qu’il intégra la boite Heliconia, où il réalisa plus de 15 émissions télé présentant les meilleures destinations à travers le monde pour les sports aquatiques.

En 2017, sa réalisation The Jordan Trail lui valut une seconde place au festival « The Adventure in Motion » et son projet SUP Surfing Barbados remporta un prix au Reel Paddling. Aujourd’hui, Anthony poursuit sa carrière dans le documentaire afin de permettre à son art de mettre en lumière des causes qu’ils lui sont chers.

Je suis Francais arrivé au Canada en septembre 2016. J’ai étudié durant deux années le métier de directeur de la photographie dans une école du nord de la France. J’ai travaillé durant plusieurs années en tant que Caméraman et Monteur sur des projets de film corporate, de clip musicaux et de fiction. Suite à une rencontre avec l’ONF Toronto, j’intègre leurs équipes en Janvier 2017 en tant que réalisateur VR sur le projet Ocean School, un projet éducatif visant à sensibiliser les jeunes à l’importance de nos Océans. Mon travail consiste à tourner et monter des expériences à 360 degrés ramenées des quatres coins de notre planète.

En 2008, Marie-France Guerrette réalise son premier court métrage documentaire avec l’ONF « Le chœur d’une culture » et en 2010 son prochain « Mon père, le roi ». Elle a été productrice executive de l’émission jeunesse “ONIVA!” (Radio-Canada Télé).

Son talent a été récompensé à maintes reprises, notamment dans le cadre du Yorkton Film Festival en 2017 alors qu’elle recevait un prestigieux Golden Sheaf Award pour meilleur documentaire et a été nommée aux 2017 Alberta Film and Television awards dans la catégorie de meilleure réalisatrice.

En 2015 Marie-France a cofondé sa boîte de production et produit et réalise présentement de nombreuses productions documentaires pour diffusion sur Unis TV, Telus Optik (VOD) et sur des plateformes web. Elle réalise actuellement un long métrage documentaire produit par l’ONF sur le deuil en bas âge. Marie-France est membre du conseil d’administration de DOC Alberta, le chapitre local de l’association des documentaristes du Canada.

Après avoir terminé ses études en réalisation à Paris, la cinéaste acadienne Renée Blanchar retourne chez elle. Première Canadienne à entrer à la FEMIS (Fondation européenne de l’image et du son) par voie de concours. En 1989, elle devient la plus jeune jurée de l’histoire du prestigieux Festival du film de Cannes. Côté fiction, Renée réalise quelques courts métrages et elle est à la barre de la télé série Belle-Baie pendant cinq saisons. Elle demeure la seule femme à avoir été mise en nomination aux prix Gémeaux pour la scénarisation et la réalisation d’une même télé-série (2013).Elle scénarise et réalise les documentaires Raoul Léger, La vérité morcelée (2002) et On a tué l’Enfant-Jésus (2007) qui remportent la Vague du meilleur film acadien au Festival du cinéma francophone en Acadie. Les Héritiers du club (2014) et Nos hommes dans l’Ouest (2017) font l’ouverture du FICFA. Ils sont aussi sélectionné au RVCQ.